Titre

La vie monastique dans la société contemporaine, entre tradition et innovation

Auteur ELENA ROTARU
Directeur /trice Prof. Dr. Barbara Hallensleben, Université de Fribourg
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse ARGUMENT PRELIMINAIRE Du point de vue de l’histoire des religions, l’être humain est de par nature religieux, mais ce n'est qu'à partir du IV siècle qu' on assiste à la naissance officielle d’une nouvelle forme de religiosité, suite à l’institutionnalisation des différentes formes de vie ascétique qui se sont développées dans le désert égyptien bien avant cette période. La vie monastique ne représente aucunement une condition indispensable à l’apparition ou au développement du christianisme, tel que l’histoire de l’Eglise primaire l’atteste, cependant son influence sur la vie spirituelle, ainsi que son rôle dans la société, en général, n’est pas négligeable, la Tradition associant souvent les moines et moniales au nerf de l’Eglise. La thèse abordée, La vie monastique dans la société contemporaine, entre tradition et innovation, se propose de réaliser une recherche sur la place et le rôle de ce mode de vie dans une civilisation postmoderne, qui se revendique de plus en plus en tant que postchrétienne. Le sujet devrait susciter un intérêt particulier non seulement à cause de son actualité, mais surtout à cause du fait qu’une telle réflexion permettrait de mettre en valeur la beauté unique du monachisme, qui se fait le dépositaire d’un trésor essentiel de vérités et d’enseignements spirituels si nécessaires à l’épanouissement et surtout au salut de l’être humain contemporain. Le caractère vaste du sujet traité, m’oblige d’aborder la méthode interdisciplinaire, réalisant ainsi une incursion dans plusieurs domaines de la théologie et de la spiritualité chrétienne, afin de surprendre l’évolution du monachisme à travers les siècles, tout en manifestant un intérêt particulier pour la période actuelle et ayant les yeux fixés vers l’avenir. Mais pour mieux comprendre et analyser le présent, il faut connaître le passé, n’est-ce pas ? Voilà pourquoi l’analyse chronologico-historique s’impose d’office, surtout étant donné le fait qu’il y a une étroite interdépendance entre l’évolution de la vie monastique et le contexte historique, politique, social, culturel etc. Les monastères, quoique à l’écart du tourbillon et de l’agitation quotidienne, ne se sont jamais constituées comme des entités isolées à la souffrance de la condition humaine : entre le moine et le monde il y a toujours eu une étroite liaison. Le monachisme ne s’est jamais développé comme une réalité parallèle à la société et au monde, mais au contraire, à la fois comme un reflet et en même comme un ferment de celle-ci, les deux s’influençant réciproquement. Constituées traditionnellement selon des règles très strictes, les communautés monastiques se sont vues modifier à travers les siècles surtout en fonction des changements survenus au niveau des sociétés où elles se sont développées. Certes, la question qui se pose actuellement serait : quel type d’innovations, la société contemporaine pourrait déterminer au sein des communautés monastiques ? Ou mieux encore : quelles traditions monastiques sont encore d’actualité à une époque où on a l’impression que presque tout est remis en question. Comment est-ce que c’est deux formes de vie se nourrissent et s’influencent réciproquement ? Ou bien est-ce qu’on assiste à l’apparition d’une véritable tension entre les deux ? Voilà tout un set de questions préliminaires ! Dans cette perspective interdisciplinaire, les références à l’Histoire de l’Eglise, à la Patrologie, à la Spiritualité philocallique, voire même à la dogmatique, au droit canon et à la morale, vont être doublées d’un rigoureux travail d’exégèse, afin d’identifier, dans un premier temps, les fondements bibliques et patristiques de la vie monastique. Cette première étape, vise à démontrer que, même si la vie monastique voit son certificat de naissance au IV siècle seulement, cette forme de vie, souvent si critiquée, puise sa sève dans la période de l’Ancien Testament et ne représente aucunement une construction purement humaine, mais un appel divin à un mode de vie qui peut remonter jusqu’à la période de la Genèse et qui traverse l’histoire de l’humanité comme un fil rouge. La thèse relève principalement de la théologie spéculative, qui n’est pas toujours appréciée, et se propose, sans idéaliser ce mode de vie, ni d’exalter sa manifestation, de se transformer dans un Manifesto en faveur de la vie monastique, en tant que forme de réaction et de résistance au système contemporain de plus en plus englobant, uniformisant et anéantissant. La résistance par la spiritualité : Le XXIème siècle sera religieux ou il ne sera pas du tout ? Etant donné le fait que la vie monastique représente la forme la plus directe de restauration de la dynamique type-prototype, fortement ancrée dans l’Ancien et le Nouveau Testament, dans la Tradition et dans l’Eglise elle-même, je tenterais de surprendre la beauté de ce rapport, afin de mettre en évidence de quelle manière, le monachisme, à travers sa dimension prophétique, apostolique et martyrique, devrait représenter une source d’inspiration pour l’homme contemporain. En conclusion, cette thèse se propose d’entreprendre une recherche sur la vie monastique dans la société contemporaine, sur le rôle et la vocation monastique dans une société désacralisée, ainsi que surprendre, analyser et décortiquer la tension entre la tradition et la modernité qui caractérise les communautés monastiques actuellement.
Statut au début
Délai administratif de soutenance de thèse automne 2022
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing