Titre

Le "retour" des "Mayas" . Analyse des processus de construction des néo-traditions mayas : entre transnationalisation, hybridation et revendication d’« ethnicité ». Etudes de cas en perspective comparative

Auteur Manéli Farahmand
Directeur /trice Irene Becci Terrier
Co-directeur(s) /trice(s) Peter Beyer
Résumé de la thèse À l’heure de la globalisation, les échanges et interactions interculturels sont intensifiés, favorisant des articulations entre différents systèmes symboliques et la transnationalisation du religieux. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une thèse en sciences sociales des religions contemporaines, débutée en septembre 2012 et réalisée sous la co-direction de la Prof. Irene Becci et du Prof. Peter Beyer, entre l’université de Lausanne et d’Ottawa ; je me propose d'étudier les contacts récents entre « New Age » et mayanité(s), en partant du « phénomène 2012 » comme point culminant de la rencontre. Ce travail s’inscrit dans les débats scientifiques sur la construction de l’« ethnicité » et son imbrication avec des catégories religieuses. Plus précisément, il porte sur les multiples (re)-significations et réinventions de la catégorie « Maya » passant par des formes de spiritualités alternatives, dites new ages. Je cherche à comprendre logiques sociales derrières ces appropriations (pouvoir, genre, légitimation, reconnaissance, hybridations). Mon approche est interdisciplinaire, à la croisée de l’anthropologie sociale et de l’histoire comparée des religions. Mes méthodes sont qualitatives, appuyées par des observations participantes, la récolte de récits de vie, propre à l’ethnosociologie, et l’ethnographie « multi-située ».
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing