Information détaillée concernant le cours

Titre

Atelier thématique: "Ésotérisme, New Age et spiritualités contemporaines: entre enjeux de définition, logiques d’hybridations, et relations avec le cosmos et l’invisible. Approches historico-comparative et ethnographique»

Dates

19-21 juin 2017

Responsable de l'activité

Raphaël Rousseleau

Organisateur(s)

Katri Ratia Manéli Farahmand Jean Chamel Thomas Witzeling avec la collaboration de Francesca Prescendi, Raphaël Rousseleau et Irene Becci

Intervenant(s)

 

Steven J. Sutcliffe, Uni Edimbourg

 

Marion Bowman, Open Uni, Milton Keynes

 

Véronique Altglas (School of sociology, social policy and social work, Queen's Uni Belfast)

 

 

 

Description

 

Néo-chamanisme, néo-mayanité, Rainbow Gatherings, expériences de "transcendance transnationale", écologie spirituelle. Ce champ d'étude actuel est souvent associé de manière imprécise au « New Age », alors même que les acteurs rejettent le plus souvent cette étiquette, synonyme d'« inauthenticité » et pertinente surtout pour les années 1960-1990 (Stolz & Sanchez, 2005). Comment dès lors approcher ces phénomènes contemporains qui semblent avoir un « air de famille » sans les regrouper dans ce terme imprécis et controversé ?

 

S'ils ont quelque chose à voir avec le New Age, ce dernier doit être considéré, au sens strict, comme un « mouvement » historiquement situé, trouvant ses racines dans des courants plus anciens comme l'ésotérisme (Hanegraaff) ou dans un contexte socio-historique plus large (Sutcliffe, 2003). L'approche historique peut alors être complétée par la recherche d'une définition cherchant à englober ces courants, ou l'identification d'un trait commun justifiant une dénomination unique comme cultic milieu ou seekership (Campbell).

 

Cet atelier de l'École doctorale en Histoire et Sciences des Religions est conçu pour permettre une approche croisée des terrains d'étude des doctorant-e-s, afin de les resituer dans leur contexte historique et de discuter de la manière de les approcher théoriquement en fonction de leurs caractéristiques communes.

 

L'atelier sera divisé en différentes sessions thématiques (nature vivante, relations au cosmos et à l'ineffable, enjeux de définition et logiques hybridations), ouvertes aux chercheur-ses de l'antiquité et du monde contemporain.

 

 

Sessions thématiques

 

 

1. Definitions and categories in the field of New Age and contemporary spiritualities

 

 

The study of New Age and contemporary spiritualities has challenged many traditional definitions within the field of Science of Religion. What do we talk about when we talk about 'religion', 'divinity' or the 'sacred'? What about terms like religious and spiritual? How do we categorize or classify religious phenomena that are, more or less, non-institutional, non-systematic, unbounded, undifferentiated and fluid?

 

 

The discussion on terminology, definitions and systems of classification re-opens classical questions situated in the core of Religious Studies, such as: what constitutes a 'proper' religion, how should 'sacred' be understood, and what is central in the forms of religious practice?

 

 

This thematic workshop invites analysis and discussion related to the aspects of identification, definition and classification of religious phenomena. One focus is on the terminology and models created and used in the study of religion, together with their application, benefits and limitations. The searchers are also expected to use some empirical examples to discuss the theoretical frameworks.

 

 

2. Rencontres corporelles et sensorielles avec l'ineffable (le "divin", l'invisible, l'extraordinaire)

 

 

En s'inspirant de Reinhardt Koselleck, nous pouvons faire le constat que certaines périodes historiques sont plus favorables que d'autres à l'émergence d'expériences sensibles et corporelles du "divin" ou de l' "extraordinaire". Deuxième constat: la modernité, malgré sa rationalité, n'assèche pas ces émergences, mais au contraire tend à les favoriser.

 

 

Cet atelier s'attachera à explorer, tant dans un contexte religieux que laïc; contemporain ou passé; comment la culture « met en forme » une expérience, une rencontre avec ce qui, au départ et par définition, n'a pas de forme. En effet, comment « figurer l'invisible », « présentifier les dieux » (Vernant 2004), rendre compte de l'ineffable?

 

Pour ce faire, la dimension comparatiste et l'approche ethnographique seront privilégiées. Qu'il s'agisse de manifestations charismatiques dans les églises évangéliques, de mystique de "seconde zone" (Pons 2013) en Europe, ou d' "éveils de Kundalinî" dans les spiritualités alternatives, pour ne citer que quelques exemples, l'atelier permettra une mise en perspective avec les travaux de chercheurs issus d'autres horizons historiques: par ex. l'antiquité (cultes à Mystères, « emprise divine » en Grèce, etc.).

 

 

3. Pratiques religieuses et transnationalisme dans les milieux de nouvelles spiritualités

 

 

À partir de la notion de « spiritualité », sa relecture déchristianisée et son succès croissant depuis les années 1960, cette session propose d'explorer, dans une perspective ethnographique et d'histoire comparée des religions, des pratiques religieuses individuelles et/ou collectives, thématisées dans la littérature sur le « New Age » et les NMRs, à travers les notions de « bricolage », « bris-collage », « syncrétisme », « hybridation » et « butinage religieux » (Soares 2009).

 

 

Cette session invite à analyser la signification de ces notions à partir de données empiriques et dans des situations de mobilités et de diversité religieuse. À l'heure de la globalisation, les échanges et interactions interculturels sont intensifiés, favorisant des articulations/ appropriations diverses ainsi que la transnationalisation des acteurs, contenus, objets et rites. Cette session invite aussi à discuter les relations entre mobilité (religieuse & géographique) et hybridations, incluant les approches biographiques (récits de vie) et la dimension genre.

 

Dans une approche comparatiste, les expert-es des mondes antiques sont invité-es à présenter et discuter des logiques similaires (syncrétismes culturels et religieux, mobilité et genre) dans leurs contextes particuliers.

 

 

4. Rapport au monde et à 'la nature'

 

 

La question de la "nature" est une constante des mouvements que l'on peut inscrire dans la longue tradition hermétique: la nature vivante de l'ésotérisme selon Faivre, la naturphilosophie des Romantiques, la "New Age Science" décrite par Hanegraaff et jusqu'à l'hypothèse ou théorie Gaïa décrivant la Terre comme un système autorégulé favorisant la permanence du vivant à sa surface.

 

 

Cet atelier vise en premier lieu à confronter les éléments ayant trait à la nature identifiés sur les différents terrains d'étude des participants. Une attention particulière sera portée aux discours et pratiques se réclamant des courants de l'écologie profonde, de l'écopsychologie ou relevant d'une "écospiritualité" ou "écologie spirituelle", lesquels émergent aussi bien de milieux écologistes que de personnes en quête de nouvelles spiritualités.

 

 

Des rapprochements avec l'émergence de néo-chamanismes et autres traditions réinventées, ainsi qu'avec des études portant sur des mouvements du passé, devraient également permettre de mieux saisir cette dimension cosmologique.

 

Lieu

Université de Lausanne et Hôtel de Gruyères

Information

 

Déroulement :

 

1er jour : arrivée des invités et conférence à l'UNIL

 

2e jour : déplacement à Gruyère; début du séminaire le matin ; repas de midi; séminaire ; repas du soir

 

3e jour séminaire ; repas de midi ; séminaire jusqu'à 16/18h ; voyage de retour à Lausanne (les invités auront l'opportunité de loger encore une nuit à Lausanne)

 

Places

16

Délai d'inscription 19.06.2017
short-url short URL